Panoramas

Un film de Noel selon Frank Capra

Oui c’est à quel sujet ?

Vous n’avez surement pas échappé à la nième rediffusion des Bronzés font du ski, Love Actually ou encore Le Père Noel est une ordure. Oui c’est la période rêvée pour les films de Noel, au point qu’on ne peut y échapper. On ne compte plus les films, généralement comédie, romantique ou non, qu’on nous sert et ressert chaque année. Mais en même temps on comprend tellement. Quoi de mieux que se retrouver en famille, au chaud (de préférence au coin du feu), après un bon diner de Noel, devant un film qui vous réchauffe le cœur. Mais est ce qu’on en a pas un peu assez de voir et revoir toujours les mêmes films ? Le Splendide c’est sympa mais bon essayons de nous diversifier un peu !

Et vous nous direz ça tombe bien, on a ce qu’il vous faut.

infographie-christmas-movie-vf

It’s a Wonderful Life

On vous présente le classique américain de Noel, redécouvert depuis les années 80, It’s a Wonderful Life réalisé en 1946 par Frank Capra. En français La Vie est Belle (non, rien à voir avec le film de Roberto Benigni), est une adaptation d’un modeste conte de Noel, The Greatest Gift, écrit par Philip Van Denren Stern. L’histoire n’est d’ailleurs pas sans nous rappeler A Christmas Carol de Charles Dickens.

GIF

A la veille de Noel, dans une petite ville de l’Etat de New York, Georges Bailey est un homme désespéré. Sur un pont, en pleine tempête de neige, il s’apprête à sauter, quand surviens un ange (enfin pas tout à fait, un ange en formation plutôt) tombé tout droit du ciel pour lui redonner espoir dans la vie, dans sa propre vie. On parcourt le passé de Georges et son destin contrarié. Pour le sauver, Clarence (ouais pas évident pour un ange), lui fait une faveur, et lui montre comment serait le monde s’il n’était pas né.

« You see, Georges, you’ve really had a wonderful life. Don’t you see what a mistake it would be to throw it away? »

Pourquoi on est fan ?

Georges Bailey est le héros de Capra par excellence. Il a une âme d’aventurier et veut découvrir le monde. Mais il a également le sens du devoir et ne peut pas consciemment décevoir son entourage. Il fait toujours ce qu’il faut faire même si cela signifie renoncer à ses rêves. Renoncer à l’université pour reprendre le business de son père, renoncer à sa lune de miel pour aider la communauté dans le besoin… Georges a fait preuve d’abnégation tout au long de sa vie, et voit partir de cette petite ville tous ses amis, qui vivent à présent la vie dont il a toujours rêvé.

GIF

Georges est finalement comme beaucoup de héros de Capra, il est bon, honnête et généreux, mais le monde autour de lui en profite et le laisse tomber. On pourrait dire qu’il est un peu naïf, mais c’est ce qui fait son charme. James Stewart campe admirablement ce personnage profondément humaniste.

Le cinéma selon Capra

Un regard amer sur la démocratie et société américaine mais ou l’optimisme et l’humanisme triomphent toujours. Capra a souvent été considéré comme un idéaliste, mais ses films nous présentent un regard lucide et même acide sur les dérives de son pays. Dans It’s a Wonderful Life, Georges affronte Mr Potter, un homme sans cœur qui ne recherche que le profit et le pouvoir, n’hésitant pas à exploiter les classes ouvrières. Dans Mr Smith Goes to Washington, Mr Smith, un homme honnête et naïf, arrive à Washington avec plein d’illusions et l’espoir de faire de grande chose pour son pays, mais il se rend vite compte que la ville est totalement corrompue, la classe politique avec. Le talent de Capra, et peut-être un peu sa naïveté, fait que l’optimisme et l’espoir ressortent victorieux de ses films, bien que la démocratie américaine en soit raillée au passage.Finalement, le cinéma de Capra repose sur l’amour des gens, la liberté individuelle et l’égalité de chaque individu.

Capra selon François Truffaut : « Vous étiez le navigateur qui connaissait le mieux l’art d’entrainer ses personnages au plus profond des situations humaines désespérées, avant de redresser la barre et de faire s’accomplir le miracle qui nous permettait de quitter la salle en reprenant confiance dans la vie (…) Face à l’angoisse humaine, au doute, à l’inquiétude, à la lutte pour la vie quotidienne, Capra avait été une sorte de guérisseur, c’est-à-dire un adversaire à la médecine officielle, et ce bon docteur était aussi un grand metteur en scène. »

Un dernier mot

GIF

Envie de changer ce Noel ? Plongez-vous dans ce classique américain en famille (ou tout seul, pas de jugement) et n’ayez pas peur de vous sentir submergé par ce beau sentiment qui est l’espoir ! Bon dans tous les cas on vous promet un bon moment. En fait on vous conseille tous les films de Capra pour les fêtes de fin d’année. Sautez également sur Mr Smith Goes to Washington si vous avez un moment !  Et pour une fois, ça vous changera du Père Noël est une ordure.

Cheers et joyeux Noel !