Drôle de comparaison

Peut-on faire un lien entre un film d’animation et un drame existentialiste ?

Oui, c’est à quel sujet ?

On vous dit une maison qui vole grâce à des milliers de ballons gonflés à l’hélium, vous pensez à quoi ? Evidemment vous répondez Là-haut, le film d’animation des studios Pixar, sorti en 2009. Un succès international, qui a raflé 2 Oscars, 2 Golden Globes, 2 BAFTA, et fut le premier film d’animation à ouvrir le Festival de Cannes. Enorme succès donc, aussi bien critique que financier.

Mais pourquoi on vous parle de ce film ? Tout simplement parce qu’il fait écho (sûrement involontairement) à un film d’un autre genre qu’on aime beaucoup. Réalisé en 1971 par Hal Ashby, Harold et Maude nous saute tout de suite à l’esprit. On le reconnait, pas évident de faire le lien entre une comédie noire aux couleurs de drame existentialiste (victime de censure dans les années 70), avec un film d’animation à succès des années 2000. Et pourtant…

infographie-harold-maude-up-remakemethink-fr

Harold et Maude, ou la rencontre du sarcasme et de la joie de vivre

Harold et Maude, c’est une histoire d’amour entre un adolescent et une femme de 79 ans. Le personnage d’Harold est un être nihiliste, profondément mélancolique, qui ne trouve du plaisir qu’en assistant à des enterrements et à la destruction de bâtiments. Il ne se complait que dans la mort, le seul état qui lui permet d’attirer l’attention de sa mère. Sa solution, mettre en scène de faux suicides (au total 9 dans le film) afin de provoquer une quelconque réaction chez sa mère (qui est plutôt relax on peut le dire).

GIF

Lors d’un enterrement auquel il assiste, une vieille dame vient discuter avec lui, c’est Maude. Cette rencontre va bouleverser la vie d’Harold.

Maude est une femme extraordinaire. Elle est pleine de vie, militante, impulsive, artiste. Elle « emprunte » des voitures (sans avoir le permis), manifeste contre la guerre, sauve des arbres (sur un coup de tête parce que l’arbre a l’air malheureux), défit les policiers, … Finalement elle est l’opposée d’Harold. Elle n’a pas honte d’être qui elle est et de se battre pour les causes auxquelles elle croit.

« Harold everyone have the right to make an ass out of themselves, you can’t let the world judge you too much. »

Entre ces deux êtres que tout sépare va naître une histoire d’amour atypique, drôle et belle à la fois.

Il dit qu’il voit pas le rapport

Bon ok, là vous vous dites c’est quoi le rapport entre un film à caractère gérontophile et un film d’animation. Tout simplement les relations intergénérationnelles.

Dans le film d’animation Là-haut, le héros est un vieil homme. Après avoir perdu sa femme (assez audacieux pour un dessin animé) il se lance dans une grande aventure. Contre son gré, il sera accompagné par Russel, un boy-scout de 9 ans. Le jeune garçon, par sa naïveté et son regard d’enfant, réveillera l’âme d’aventurier du vieil homme. La relation intergénérationnelle est présente mais elle n’est pas abordée directement.

En revanche, dans Harold et Maude, le thème des relations intergénérationnelles est central. En effet il met en valeur le vide et l’incompréhension qui peuvent exister entre deux générations.

GIF

Harold représente la jeunesse. Né dans les années 50, il n’a pas connu la guerre et est un pur produit des trente glorieuses. Il ne pense pas avoir de personnalité ou d’identité, il est perdu dans la masse.

Son malheur est d’être confronté à la génération de ses parents, représentée par sa mère (riche, détachée et égocentrique), son oncle (vétéran de guerre à qui il manque un bras) et son psy (un incompétent). Il est en opposition avec cette génération qui peine à le comprendre et qui représente l’autorité, le militarisme et le conformisme.

Maude, quant à elle, représente une génération qui a vécu les privations de la guerre, ses combats, ses cruautés et son déshumanisme. Elle a survécu à l’horreur des camps de concentration, à l’holocauste, et a été confronté à une vraie crise du sens. Mais, contrairement à Harold, elle comprend l’intérêt de la vie et la beauté du monde. Maude éveille Harold à la vie et lui apprend ce que c’est que d’aimer et d’être vivant.

« I love you ! – Oh Harold that’s wonderful ! Go and love some more»

C’est finalement un film typique des années 70, qui célèbre la joie de vivre, la spontanéité, la nature. Il prend une position anti militariste et anti conformiste avec humour. La gérontophilie est un moyen de déranger et de contrer ce conformisme. Utiliser l’amour comme signe contestataire, c’est so 70s.

Interlude musical

On ne peut pas parler d’Harold et Maude sans parler musique. En effet, le grand atout du film est sa bande son, composée, écrite et interprétée par Cat Stevens.

Le titre « If you want to sing out » traduit admirablement la philosophie de Maude et donne au film ce ton effronté, joyeux, libérateur et insouciant qui le caractérise tant.

GIF

Un dernier mot ?

Besoin d’un petit booste d’espoir dans l’humanité ? On se plonge dans l’histoire d’amour d’Harold et Maude et on se laisse séduire par l’originalité et la joie de vivre de ce film. C’est une bouffée d’air, détruisant les stéréotypes et les barrières intergénérationnelles. Un cri d’espoir en somme qui fait un bien fou !

« A lot of people enjoy being dead. But they are not dead, really. They’re just being away from life. Reach out. Take a chance. Get hurt, even. But play as well as you can. » – Maude

Cheers !

NOS RECOMMENDATIONS

Harold et Maude, réalisé par Hal Ashby avec Ruth Gordon et Bud Cort – 1971

Là Haut, réalisé par Pete Docter et BobPeterson – 2009