Tirer sur la corde

Et si on installait une garçonnière au théâtre ?

Oui, c’est pour quoi ?

Coup de théâtre Parisien ! The Apartment de Billy Wilder (1960) est adaptée au théâtre, au travers de la pièce La Garçonnière mise en scène par José Paul. Une grande première pour ce film en France. Mais au-delà de ça on remarque l’audace de d’adapter un film en pièce, ce qui est généralement le réflexe inverse. Guillaume de Tonquédec et Claire Keim reprennent donc sur les planches les rôles interprétés par les grands Jack Lemmon et Shirley MacLaine à l’écran. Un challenge donc pour les deux acteurs français quand on pense à la profondeur et complexité émotionnelle de ce film et de ses personnages, un temps comique et presque vaudevillien, un temps romantique, et touchant jusqu’au drame sociétal.

En effet, comment être au niveau de Jack Lemmon ? The Apartement est la deuxième collaboration entre Wilder et l’acteur, un de ses plus beaux rôles. Ce duo se retrouvera à quatre autres reprises, avec autant de succès créatif. 

La genèse du scénario, inspirée par le film Brève rencontre de David Lean, traine dans la tête de Billy Wilder depuis quelques années :

« Un homme marié avait une liaison avec une femme mariée et cet homme utilisait l’appartement d’un copain pour ses débats amoureux. Je m’étais toujours demandé ce qui se serait passé si l’ami en question avait pénétré dans la chambre juste après le départ des deux amants. Je sentais là un personnage original et intéressant et j’avais pris quelques notes à ce sujet. »

The Apartment

À New York, C. C. Baxter (Jack Lemmon) est un employé d’une grande compagnie d’assurance. Célibataire, il a pris pour habitude de prête son appartement à des cadres de sa société, qui s’en servent pour vivre leurs vies extra-conjugales. Au fur et à mesure que les employés se passent le mot, la situation devient intenable pour le pauvre homme, qui n’a presque plus accès à son appartement tant demandé.

Ce n’est que lorsque on lui fait miroiter une promotion en échange de ses services qu’il cède à ce mode de vie. Il tombe entre-temps amoureux d’une de ses collègues, Fran (Shirley MacLaine), sans savoir que la jeune femme a une relation amoureuse et malheureuse avec un des grands patrons de sa société, et qu’elle le retrouve dans son propre lit.

Un film aux multiples dimensions

The Apartment est un film véritablement à part dans la filmographie de Billy Wilder. Le réalisateur nous offre une œuvre à mi-chemin entre ses pures comédies et ses drames cyniques, se révélant au final une comédie satirique récompensée pour son excellence par cinq Oscars dont celui du meilleur film.

Wilder considère ce film comme son plus personnel et ne cessera de courir après ce sommet créatif par la suite, sa l’atteindre d’après lui. L’amplitude de The Apartment le rend remarquable grâce à la solitude des personnages dialoguant de façon fluide avec une satire sociale du rêve américain.

Billy Wilder, ou le cynisme du rêve américain

Le réalisateur dépeint des personnages représentant à eux seul des figures de la société américaine, sans jamais sombrer dans le cliché. Le duel le plus poignant est peut-être celui se jouant entre Fran, la figure du féminisme fragile, malmenée aussi bien professionnellement qu’amoureusement, se trouvant face aux cadres dirigeant véhiculant une image machiste et décadente de leurs paires. Le male américain est au centre de la satire. A travers lui il s’attaque directement au rêve américain.

L’élévation professionnelle de Baxter n’est dû d’ailleurs qu’à des moyens peu moraux – en facilitant l’adultère de ses supérieurs via la mise à disposition de son appartement. Wilder balaye au passage les principes sacrés qui faisait la fierté du self-made man : le mérite, l’effort et l’esprit d’entreprise. Le moteur de la réussite réside dans une forme d’acceptation du cynisme. En refusant ce système, il perd son avenir professionnel mais s’ouvre à l’épanouissement personnel. Finalement Wilder est un impertinent moraliste qui ne devient jamais moralisateur.

Du coup qu’est-ce qu’on fait ?

Si vous n’avez pas l’occasion d’aller voir au Théâtre de Paris la pièce La Garçonnière avec Guillaume de Tonquédec et Claire Keim, alors réconfortez-vous avec le chef d’œuvre de Billy Wilder, qui semble avoir tout appris aux créateurs de Mad Men.

Cheers !

NOS RECOMMANDATIONS

The Apartment, réalisé par Billy Wilder, avec Jack Lemmon – 1960

Jetez un oeil à notre article Le pire d’Hollywood vu par le meilleur !